Faut-il quitter son emploi pour créer une start-up ?

Que vous soyez un fonctionnaire ou un salarié dans une entreprise, il arrive parfois que vous ayez envie de changer d’emploi. Vous aspirez donc à une autre vie professionnelle en envisageant de créer votre propre entreprise, mais pouvez-vous diriger correctement un projet tout en conservant votre travail ? Vous devez respecter les horaires de travail et ne pas concurrencer l’employeur. Vous disposez peu de temps pour gérer votre projet. Faut-il donc quitter sa carrière afin de créer sa start-up ?

Pourquoi quitter son emploi ?

Quitter son emploi apparaît comme une réponse à un nouveau besoin et une source nouvelle de motivation.

Plusieurs causes peuvent entraîner l’abandon de son travail, les origines varient en fonction de la relation avec les supérieurs hiérarchiques, du bien-être au travail, ou des compétences professionnelles qui sont sous exploitées. Il arrive souvent que certains salariés ne soient plus motivés dans leur environnement, la routine des tâches confiées par la direction qui est ennuyeuse, le traitement inégal dans le cadre de l’activité professionnelle très stressante et a un impact important sur la santé des salariés. Dans ce cas, il faut prendre immédiatement une décision pour mettre un terme à cette situation. En effet, vous avez des doutes sur l’entreprise, en estimant que l’entreprise ne fait pas le nécessaire pour se développer. Par conséquent, vous souhaitez anticiper la potentielle crise qui va frapper l’entreprise dans laquelle vous avez travaillé depuis de nombreuses années. Alors, quitter ainsi dit et créer sa start-up, est-ce un risque ?

Les risques en quittant son travail pour créer son entreprise

Beaucoup de salariés sont intéressés par l’aventure de l’entrepreneuriat, mais quitter leur emploi pour se lancer dans l’entrepreneuriat constitue-t-il des risques. Tels que : — l’absence de revenu, lorsqu’on démissionne, on ne bénéficie pas des allocations de chômage. — la perte des avantages de l’entreprise : les congés payés, la restauration. — L’échec du projet : créer sa start-up est souvent difficile, cependant si l’activité de l’entrepreneur ne se développe pas bien, il faut penser à prévoir un autre plan.

Mesures à prendre

Entreprendre sollicite beaucoup de temps et d’investissement, si l’on veut garder son travail à côté pour ne pas s’emparer de risque. Prendre une disponibilité est donc conseillé. Il s’agit d’une interruption de service et qui peut durer 1 an afin que le salarié se lance dans la création ou la reprise d’entreprise.

Cette disponibilité ne permet pas de rompre le contrat de travail. Si au bout d’un an, on se rend compte que le projet ne convient pas ou qu’il ne décolle pas, il a la possibilité de retrouver son poste ou un poste équivalent au sein de l’entreprise. Comme le contrat de travail n’est pas résilié. Tous les avantages en tant que salariés sont encore valables.

Quels sont les avantages d’un incubateur start-up ?
Start-up : quelles sont les aides financières existantes ?